la foi chrétienne

la foi chrétienne

Mercredi 9 décembre 2015

 

La foi chrétienne ce n’est pas seulement des émotions ou sentiments. Le seigneur donne dans certaines circonstances, quand il le veut, le don de faire sentir, de toucher particulièrement par sa miséricorde. Il veut décharger du poids du fardeau et permettre aux autres de déposer ce poids.

3 choses à retenir :
1.Le poids du fardeau est notre pécher que Jésus vient nous alléger de ce lourd poids (fardeau du pêcher du mal).Ce fardeau est aussi une paix matérielle, physique ou autre. Accueillir cette providence, et mettre notre confiance dans le père (confier le sacrement de la résurrection, ses pêchers, nos poids)

2.Le sens 1er de l’évangile selon Mathieu est que ce poids est religieux : la religion peut devenir un fardeau, comme c’était le cas dans le judaïsme‎ au temps de Jésus. De manière générale, il y’a une volonté d’aller à l’extérieur, de quitter notre église, pour annoncer aux hommes et femmes d’aujourd’hui, ce jésus doux et humble : leur dire : « je vous retire de vos épaules ce poids du fardeau que vous avez par rapport à la religion, la vie chrétienne sur quelque chose de pesant, ennuyeux, d’exigeant moralement. » C’est l’image même des chrétiens, de l’église, de la religion chez beaucoup de gens qui renvoie à quelque chose de pesant et négatif. Alors que, lorsqu’ on dépose son fardeau, on découvre tellement de joie et de confiance. Il faut ramener la religion à une foi, une vie de chrétien, de l’église où l’on est à la 1ere place , la miséricorde de dieu. Les jeunes d’aujourd’hui vont découvrir combien Jésus était doux et humble de cœur, combien il était miséricordieux. Ils vont déposer ce fardeau vers Jésus, et se tourner vers l’église.

3.Le fardeau que l’on se donne à soi-même. L’image de soi ou à cet idéal de perfection qu’on s’est fabriqué et qu’on s’impose à soi-même. On est parfois très dur avec soi-même. Jésus nous dit de déposer le fardeau que nous nous imposons à nous-même. On éprouve de la miséricorde pour soi-même, à tout âge de la vie. Il faut pouvoir déposer cet idéal de perfection.

Abbé Luc Terlinder

Entrez votre recherche