Homélie – Un stage d’Evangile à Lourdes

11 février 2015

Fête de Notre-Dame de Lourdes

Nous participons à des stages d’infirmière, de langue, d’escalade… Il existe aussi des lieux pour vivre un autre type de stage, un « stage d’Evangile ». Lourdes en est un. Là, l’Evangile se déploie sous nos yeux et nous sommes initiés à le vivre, avec deux charmantes monitrices d’ailleurs : Marie et Bernadette !

 A Lourdes, on apprend en effet :

 1. A passer de l’extérieur à l’intérieur, du bling-bling à la vérité du cœur. Car ce sont les personnes malades ou avec un handicap qui y sont premières. En effet, Dieu ne regarde pas les apparences comme l’homme, mais les cœurs, là où les grandes décisions se prennent et où je fais le choix entre le bien ou le mal. Loin d’une religion toute formelle, à Lourdes, je suis renvoyé à mon cœur et à mes choix fondamentaux.

2. Comme Marie a indiqué la source de la grotte de Massabielle à Bernadette, en venant à Lourdes, je découvre une source intérieure qui irrigue mon cœur. La source, dans la Genèse (2, 4b-9.15-17), précède la vie sur terre. Cette source intérieure, que je découvre en moi, est une source jaillissant en vie éternelle, celle de l’Esprit vivifiant qui va susciter la vie, la joie, la paix, le pardon, la patience, l’amour… Ces fruits de l’Esprit sont nombreux comme le sont les fruits savoureux et désirables du jardin d’Eden. A Lourdes, j’apprends ainsi à déblayer la source qui est en moi et à me laisser conduire par le souffle de vie, par l’Esprit Saint, qui va produire ses fruits.

3. Cette expérience des bons fruits de l’Esprit en moi m’apprend aussi à discerner les mauvais fruits : inconduites, vols, meurtres etc. Car en voyant le bien, je vois mieux le mal. A Lourdes, voyant le bien au contact de la source vivifiante, je deviens aussi plus sensible aux pensées perverses et aux désirs mauvais qui habitent mon cœur.

(Gn 2, 4b-9.15-17 ; Ps 103 ; Mc 7, 14-23)

Entrez votre recherche